Retour à Rochefort

Mon premier mois de janvier à Rochefort.

L’établissement thermal est fermé jusqu’en février. Sans curiste, pas d’hébergement et pas de tourisme (cela représente 325 000 nuitées, sans compter les conjoints). Du coup les restaurants en profitent pour se reposer après les fêtes de fin d’année, les ostréiculteurs en font autant, certains commerçants aussi. La corderie royale et les musées sont fermés. A part le théâtre et la médiathèque pas d’animation culturelle ! C’est comme une hibernation. On attend le réveil.

Dès février, on va se préparer pour le printemps, les promenades du bord de Charente, les sorties en mer vers l’ile d’Aix et Fort Boyard, la traversée à pied jusqu’à l’ile Madame.

En attendant les signes avant-coureurs du renouveau, une grosse drague* est en train de désenvaser (néologisme ?) la sortie du  bassin de radoub où L’Hermione attend sagement le 30 janvier pour s’envoiler (sic) vers La Rochelle et faire route vers la méditerranée.

20180123_141705

Tristesse des promeneurs habitués à rendre visite à la grande dame à la silhouette tutélaire, qui vont être orphelins pendant  six mois, mais fierté partagée devant l’exploit peu banal de cette vieille dame qui reprend la mer après une traversée mémorable de l’Atlantique.


* je vous parlerai du génie inventif des ingénieurs et de la solution pour désenvaser les rivières et estuaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s