Mai, le temps des virées

A l’occasion d’un concert choral, nous avons visité Surgères (connue ici pour sa gare TGV sur le parcours Paris-La Rochelle et son beurre protégé par une AOP)) petite ville à 20 minutes de Rochefort, mais grande par l’histoire. S’il ne reste plus que les ruines du château et un grand parc qui fait le bonheur des habitants, l’église est une merveille.

eglise-face-surgeres-930x400

« L’intérieur comme l’extérieur sont un chef d’œuvre de l’art roman saintongeais et aunisien. La forteresse, dont il ne subsiste plus que les remparts aujourd’hui, est édifiée au XIIème siècle. Au XVè-XVIè siècle, le Château et l’Église vivent des destructions et des reconstructions au rythme des aléas de la Guerre de 100 ans.

La façade témoigne de la splendeur du Roman avec ses 23 mètres de long. Elle déborde de chaque côté des nefs de plus de 2 mètres. Le portail en plein cintre est encadré par 6 arcatures aveugles.

Une frise en guirlande, portée par 116 personnages, souligne le bandeau de modillon qui soutiennent la corniche.Les chapiteaux et la corniche à modillons traduisent la richesse et la diversité des références symboliques de l’époque. Le bestiaire roman y évolue dans le relief de la pierre.

Monstres, dragons ailés, oiseaux et griffons, sirène et diablotins, y côtoient des représentations des signes du zodiaque, des travaux des champs et des montreurs d’animaux sans oublier un orgueilleux piqué par un serpent. » extrait du site officiel de la ville

 

P1010812

P1010822

patrimoine de Surgères

Grandeur et décadence du pigeon

Au cours de mes pérégrinations j’ai pu admirer quelques pigeonniers curieux ou majestueux :

  • le plus beau et monumental de Montierneuf à Saint Agnan près de Rochefort. Environ 1000 boulins (trous de pigeon), 17 mètres de haut, classé monument historique
  • Un pigeonnier communautaire sur pilotis situé sur le chemin de Compostelle près de Lauzerte
  • un pigeonnier dans une demeure renaissance à Coulon

Quand je compare à la situation actuelle du pigeon, je m’interroge sur la perte de statut : Qu’en reste-t-il ? un souvenir des pigeons voyageurs de la première guerre mondiale qui les a vus transporter des messages, un sport typique du nord de la France, la colombophilie où les coulonneux s’affrontent a travers leurs champions le dimanche, la pastilla marocaine, plat de prestige dans lequel malheureusement le pigeon est de plus en plus souvent remplacé par du poulet. Sans oublier la vallée des pigeons en Cappadoce et ses pigeonniers troglodytes.

Peu de chose en réalité et même un ostracisme marqué dans les zones urbaines où ses déjections provoquent nuisances et dégâts. Mais les pigeonniers imposants sont là pour nous dire que ce ne fut pas toujours le cas.

« Le pigeon domestique est utilisé jusqu’au début du XVIIIème siècle pour produire de la viande. C’est un animal à forte capacité de reproduction. Le pigeon est aussi une viande disponible à tout moment de l’année car même lorsque les conditions ne sont pas favorables pour qu’il se nourrisse dans les champs, il peut être nourri de grain. De plus c’est une viande pratique car transportable sur pieds. Les pigeons sont donc très utilisés lors de grands voyages, en bateau par exemple.

Les pigeons sont aussi très utiles grâce à la colombine (leurs déjections) qui, riche en azote et en acide phosphorique est un engrais de premier ordre pour les cultures telles que le chanvre ou le tabac. La colombine peut même figurer dans les contrats de mariage comme une partie de la dot. » (L’histoire des pigeons in Cosa Animalia)

Il est temps de lui rentre justice et si vous passez par Rochefort, n’oubliez pas de rendre une visite au pigeonnier du Prieuré de Montierneuf à Saint Agnant.

Au fil de l’eau

Aujourd’hui, dimanche 31 mars c’est le coup d’envoi de la saison touristique. Rochefort n’est pas en reste qui reprend le cycle des navettes fluviales pour traverser la Charente. Chaussés de nos vélos nous démarrons à 9h30 pour effectuer une boucle par Soubise.

Traversée de la station de lagunage jusqu’à la cale de Soubise. Le pilote de la navette vient nous chercher et nous fait traverser. Accueil sympathique comme partout ici. Arrivés à Soubise on cherche un café mais c’est dimanche… Tant pis on se rattrapera au retour. Retour par un petit chemin arboré et ombragé jusqu’à la navette qui nous ramènera à Rochefort. Le pont transbordeur veille sur nous.

Traversée et retour à la maison. Le tout nous aura pris deux heures d’air pur et de paysages préservés. A consommer sans modération.

P1010673 P1010177

Normandie Liberté

2019, l’Hermione fera escale en Bretagne et en Normandie

« Normandie Liberté » :  nom du 4e voyage de l’Hermione en 2019

La frégate a prévu de quitter son port d’attache de Rochefort en avril 2019 pour effectuer plusieurs escales pour une navigation de 3 à 4 mois…

Les dates et lieux d’escales sont en cours de validation. Cependant, certaines sont déjà annoncées :

Des escales et des rassemblements

Départ de Rochefort, prévu le 4 avril 2019 pour rester en cale sèche jusqu’au 25/04/2019, elle effectuera des travaux.

  1.  du 4 au 8 mai 2019 : direction le Cotentin, elle sera à Cherbourg  – Octeville  – (départ prévu vers 23h le 8/05/2019)
  2. Arrivée le 10 mai à Dieppe vers 18h ; les visites publiques auront lieu le week-end (11 et 12 mai) pour repartir le 13/05/2019 dès 8h;
  3. du 14 au 17 mai 2019 : Ouistreham
  4.  Deux grands ports des Pays de Loire devraient accueillir l’Hermione pour l’évènement Débord de Loire :  du 23 au 27 mai 2019 (St Nazaire du 23 au 25/05/2019 et Nantes du 25/05 au 27/05/2019)
  5. 1er juin 2019, en cours de confirmation pour Brest pour le Grand Prix de l’Ecole Navale
  6.  Rives-en-Seine : du 5 au 6 juin 2019 
  7.  Rouen pour l’Armada  : 7 au 16 juin 2019 , le rassemblement maritime le plus important des nombreuses étapes, puisqu’il s’agit d’accueillir les 30 plus grands voiliers du monde pour le 30e anniversaire !
La date du retour s’effectuera le SAMEDI 5 JUILLET 2019 à Rochefort, un événement festif qui lancera la saison estivale.

D’autres escales sont prévues pour la frégate rochefortaise, telles que : Dieppe, Ouistreham, Caudebec,-en-Caux Le Havre…

L’Association Hermione La Fayette précise que les dates d’escales peuvent être légèrement modifiées.

Hibernation sans tapon

Mon dernier post date de novembre. Depuis j’hiberne dans ma tanière.

Mais aujourd’hui les premiers signes du printemps : bourgeons, fleurs, giboulées… Le soleil aux terrasses des cafés qui attire les curistes revenus

Les hommes aussi s’agitent (en gilet jaune ou sans) et le tablier du pont transbordeur va bientôt être posé, dernière étape avant sa renaissance. L’Hermione fait peau neuve avant son départ en avril pour une virée en Bretagne.

Première grande sortie avec nos vélos, de Rochefort à Saint Hippolyte en passant par Tonnay Charente. 22 kilomètres en tout

Brouage et geocaching

Je suis allé à Brouage à plusieurs reprises, croyant finir par bien connaître ce merveilleux village. Je viens d’y retourner avec Nadine, spécialiste en la matière, et quelques amis pour une découverte en geocaching.

Le géocaching (ou geocaching) est un loisir qui consiste à utiliser la technique du géopositionnement par satellite (GPS) pour rechercher ou dissimuler des « caches » ou des « géocaches », dans divers endroits à travers le monde. Une géocache typique est constituée d’un petit contenant étanche et résistant, comprenant un registre des visites et parfois un ou plusieurs « trésors », généralement des bibelots sans valeur. (source Wikipedia)

Opera Instantané_2018-11-27_143041_www.terra-aventura.fr

la feuille de route est ici : geocaching-letoile-de-pierre


Quelle n’a pas été ma surprise de réaliser que j’avais beaucoup encore à découvrir et le jeu de découverte s’accompagne d’informations sur les zones visitées. On retrouve vite son âme d’enfant et les émois des découvreurs.

Une nouvelle façon de faire du tourisme en famille ou entre amis. A consommer sans modération.


Du coup hier je suis allé à Chatelaillon pour un nouveau parcours autour des demeures de la cité balnéaire.


En prime quelques photos de Brouage

A la poursuite d’Octobre rose

Octobre rose, campagne annuelle de communication destinée à sensibiliser au dépistage du cancer du sein. Pour cette occasion Rochefort organise « la course des Demoiselles », marche/course de sept kilomètres en centre ville. Une première en 2015 avec 1488 participantes et cette année, le 13 octobre 2018, 6000 participantes de tous âges.

De la ferveur, de l’enthousiasme,… Ambiance très festive sur la place Colbert pour l’échauffement des participantes jusqu’à l’heure du départ.
Photos et vidéos prises sur le vif.

 

 

Saintes

première capitale de la province romaine d’Aquitaine sous le nom de Mediolanum Santonum. Un premier aqueduc amène l’eau à Saintes en 20 apr. J.-C.

Jeudi visite organisée à Saintes sous la conduite de notre guide Nicole Bébin. Matinée visite de la Cathédrale Saint Eutrope, ses deux niveaux, ses chapiteaux.


Midi pique nique plein soleil à Venerand point de départ de la visite des fontaines gallo romaines. Des joyaux de calme et de verdure


et découverte d’une pépite, un baptistère dédié aux premiers chrétiens sous Saint Martial.

On terminera avec le coup d’œil sur le château de Douhet et la visite de la petite église attenante.

Reprise

C’est la rentrée !
Pour tous, même pour les retraités de Rochefort qui retrouvent le calme, la sérénité et peuvent explorer leur si belle région.
C’est ce que nous fîmes (ben oui ça existe !) avec Dominique et sous la houlette de Florence en allant nous promener du côté de Marennes.
Je connaissais le village et le port où l’on peut déguster les fameuses huitres. Elle nous emmena à la découverte de Marennes Plage : dégustation de moules frites dans une baraque d’ostréiculteur sur la plage, puis balade en bord de plage (une lagune claire et accueillante où je me promets d’aller faire naviguer mon bateau) puis retour en ville.
Flânerie dans les vieilles rues de Marennes, chargées d’histoire, visite de la médiathèque, structure moderne aménagée dans l’ancienne chapelle du couvent des sœurs de la charité.
Au retour vers l’église, je photographie une façade et de sa fenêtre la propriétaire nous invite à entrer. Une divine surprise : un jardin luxuriant où les kiwis voisinent avec le mimosa et le jasmin. A l’intérieur une caverne aux trésors d’objets disparates, collections de poupées, de meubles anciens de belle facture.
Cet accueil a été le point d’orgue de cette journée. Je ne résiste pas au plaisir de vous mettre quelques photos.
 

Trêve estivale

L’été en Charentes, Vendée, Deux-Sèvres c’est une période riche en festivités de tous poils : fêtes de village, animations de villes et de châteaux, concerts, et manifestations culturelles diverses. Pas le temps de s’ennuyer ni se reposer.
Pas le temps non plus de se mettre devant la page blanche pour la régulière chronique de la vie rochefortaise et je ne peux que vous conseiller de tout lâcher pour prendre du bon temps comme je vais le faire jusqu’à la mi-septembre.

Passez un bel été